Vers une coopérative ?

Covoiturage-libre est dans sa sixième année : on a parcouru un bon morceau de route ensemble. En prenant un peu de recul, je pense que ces 6 années nous ont appris deux choses : d’abord que le covoiturage peut et doit rester un bien commun, au service de toutes et de tous ; ensuite que nous n’avons que partiellement réussi dans cette démarche car nous avons encore trop peu de trajets et que des fonctionnalités importantes manquent à notre plateforme.

Si on veut une vraie offre de covoiturage « libre », il faut passer la vitesse supérieure. Et pour cela, il nous faut des moyens.

C’est pourquoi nous envisageons la création d’une coopérative, qui pourrait à terme avoir un ou quelques salariés. Le capital de cette coopérative serait ouvert à tous les utilisateurs et tous les sympathisants, qui seraient invités à y prendre une ou plusieurs parts sociales et à participer aux Assemblées générales.

Le financement de la coopérative se ferait par la proposition faite à chaque utilisateur de nous laisser un don de 1€ (ou plus !) lorsqu’il fait un trajet grâce à la plateforme. Il s’agira bien sûr d’une proposition : le don est libre.

Cette évolution vers une coopérative est importante pour la plateforme. Elle ne se fera pas sans vous. C’est la raison pour laquelle j’invite toute personne de la communauté, tout utilisateur, tout sympathisant à nous donner son avis sur :

  • la création de la coopérative ;
  • son envie d’y participer en prenant une ou plusieurs parts sociales ;
  • son opinion sur le don libre par les passagers de 1€ pour chaque trajet.

On compte sur vous !

Bastien Sibille

 

Facebooktwittergoogle_plusmail

36 réflexions au sujet de « Vers une coopérative ? »

  1. Pour commencer, on pourrait peut-être avoir accès à l’ensemble des trajets disponibles. Ca permettrait de mettre en relation des personnes et de planifir en fonction de l’existant sur des trajets que l’on emprunte plus ou moins souvent.
    Si je vois tout, je vais regarder si quelqu’un propose des grenoble-Albi, Aubenas-Albi, aubenas-grenoble, aubenas-Lyon et je pourrais planifier des déplacements en fonction des voitures ouvertes.

    Asso, , je connais. Coopérative, je sais pas l’avantage. Une asso loi de 1901 peut aussi avoir des salariés.
    On peut aussi utiliser les indemnités pour ne pas avoir a gérer des salaires, ce qui est de plus en plus lourd.
    Et puis, on peut s’entraider pour le coté technique

    Brigitte, bientôt retraité web master
    et pleine d’idées et disponible ponctuellement

    Un peu pressée aujourd’hui, (et souvent très occupée) mais …

    • Bonjour.
      C’est pour permettre de trouver des trajets approchants que nous conseillons d’ajouter des étapes et que la recherche se fait dans un rayon de 25 kilomètres des points indiqués.
      Une coopérative, cela permet en particulier de lever des fonds, auprès de fonds ESS mais aussi via des plateformes de « crowd equity », de levée de fonds participative.
      Si vous désirez nous rejoindre pour nous aider, merci de prendre contact avec [email protected]
      Bien cordialement

    • je ne suis pas convaincu par l emploi de salariés , l orga d une coop cree des enjeux de pouvoirs , des choix strategiques a long terme , et surtout une utilisation des dons qui echappent definitivement aux donateurs , ( d ailleurs ou se trouve cette liste sur laquelle je figurais ? °

  2. Ce serait super si Covoiturage-Libre.fr pouvait disposer d’un budget suffisament conséquent pour faire bouger le déséquilibre actuel du marché. Proposer une philosophie ou un modèle économique différent pourrait séduire beaucoup de monde, mais c’est plus difficile de convaincre si c’est une gosse perte de confort. Trouver comment permettre à Covoiturage-Libre.fr d’avoir un site aussi égornomique que possible, une appli mobile, un système de notification efficace, une équipe de support réactive… ça semble nécessaire pour que la base d’utilisateur·ice grossisse et de pouvoir laisser les autres plateformes de côté.

    Le paiment d’un « pourboire » au site est intéressant, mais est-ce vraiment le meilleur modèle économique ? Un des aspects important de ce que vendent les plateformes se revendiquant de la « sharing economy » (*tousse*) est la confiance. Le fait d’engager de l’argent pour le trajet par avance, le système de notation et de commentaires, donne a minima une impression de fiabilité, et pousse à « tenir sa parole ».

    Cela me donnerait envie de voir plutôt Covoiturage-Libre.fr prendre la forme d’une association avec cotisation annuelle et où il est très fortement encouragé d’adhérer pour utiliser le service. (On peut aussi imaginer une SCIC, mais j’ai du mal à voir quel pourrait être le troisième collège.) Un pourboire pour les personnes qui ne seraient pas membre de l’association pourrait toujours être demandé, mais ne pas être membre ne permettrait pas de bénéficier de la confiance que donne le statut.

    Et pour amener les outils du site au niveau, pourquoi ne pas envisager une souscription ? À un surcoût de 20% chez la concurrence, je pense qu’on est nombreux·ses à ne plus supporter la concurrence.

    Ce serait chouette de réfléchir à des fonctionnalités qui permettrait de différencier Covoiturage-libre.fr de se différencier de la concurrence et qui serait permise par un mode de fonctionnement associatif. Un exemple : si les revenus de l’asso ne sont pas liés aux réservatios, on pourrait imaginer une option pour encourager à remplir les voitures en divisant le coût du trajet entre toutes les personnes faisant le trajet.

    Une politique claire et si possible vérifiable concernant les données personnelles, avec une retention minimale d’information et du chiffrement de celles à conserver…

    Dans la même veine, éviter aux utilisateur·ice·s du site d’avoir à laisser leur coordonnées personelles en permettant par exemple d’échanger des messages ou des appels à travers le site ou une application mobile. Cela permettrait peut-être d’éviter des situations de harcèlements.

    Je partage ces quelques idées… Disponible pour en discuter d’avantage. 🙂

    • force est de constater qu apres qq annees de progression du covoit en france , beaucoup de conso -utilsateurs decouvrent ( sic) la commission exhorbitante prise par mazella corporation. cela a ete dennoncé aupres de grands medias des nov 2011. sans grands echos , faut l admettre .
      et la logique de l argent au pouvoir exige que ces conso utilisateurs cherchent maintenant a obtenir le meme service perfectionné mais en payant moins cher .
      je milite pour le geste gratuit et altruiste . rendre service est bien le seul luxe que tout un chacun peut s offrir .
      il y aura toujours qu oi qu il arrive une large majorité de personnes qui prefere payer que s engager . qui raisonne en terme de service et de couts .
      resoudre le developpement de covoit lib n est pas obligatoirement se positionner en organisant la concurrence …………
      ce que je lis depuis ce matin ressemble a un descriptif du marche du lait en france ,, sourires , ……………

    • Je suis d’accord avec les arguments de LUNAR.
      Je mesure que de nombreuses réponses sont favorables au statut d »asso loi 1901. Il faudrait que les défenseurs du statut de coopérative réagissent avec précision pour argumenter vers un tel changement qui doit être absolument transparent.

  3. Je suis prêt à participer à toutes initiatives pour que covoiturage-libre progresse (part sociale ou don)
    Je pense qu’il faut que le site avance très vite car c’est vrai qu’il n’est pas facile de trouver des trajets en tant que passager et que comme conducteur je suis encore obligé de mettre mon annonce sur les 2 sites (bbc et covoiturage-libre) Quand je co-voiture, je bassine les gens de bbc pour qu’ils changent de site et il est vrai que souvent ils me disent que soit ils ne connaissent pas le site ou qu’il est difficile de trouver des trajets.Alors battons nous pour que ce site devienne le site de référence du covoiturage et non celui du fric comme blabla.

    • Bonjour.
      Nous sommes conscients qu’il faut avancer vite. Nous sommes sur plusieurs dossiers simultanément mais la partie développement devrait redémarrer rapidement.
      Bien cordialement
      Nicolas, pour l’équipe

    • Je réponds et rebondis au commentaire de Margerit Philippe 1 AVRIL 2017 À 22 H 10 MIN
      Je pense en tout point comme lui !
      Je regrette que dans le grand raout médiatique fait autour de la grève SNCF on n’entende pas le nom de Covoiturage-libre dans les solutions de covoiturage…

  4. Bonjour
    Quand j’annonce un prix sur Co Libre, je prends exemple sur bbc, les utilisateurs Co Libre économisent les frais bbc.
    Un bon moyen pour se faire connaître; être moins cher

  5. Ce n’est que le deuxième trajet que je propose sur covoiturage libre, que je viens de connaître par un autostoppeur que j’ai pris en charge. J’ai toujours refusé d’alimenter les affaires de la « concurrence « . Je n’ai pas besoin financièrement d’une participation aux trajets que je propose, de toutes façons, je dois les faire, et je ne suis pas bien fier de faire 30000 km par an tout seul dans mon véhicule. Pour ce début je n’ai pas eu de contact, mais je me propose de reverser à covoiturage libre la totalité des participations aux voyages.

  6. Hello,

    Merci à toute l’équipe pour votre engagement.

    En ce qui me concerne, je ne serais pas choqué que vous preniez une (petite) commission sur les trajets. Si une commission d’un ou deux euros par trajet vous permet de monter un service de bonne qualité, je pense au contraire que ce serait une excellente chose… à condition que le montant de cette commission reste faible et qu’il soit décidé démocratiquement, idéalement par des représentants de toutes les parties : équipe technique, conducteurs et usagers.

    Je ne suis pas compétent pour dire quelle forme (SCOP, SCIC ou association) serait la meilleure pour cela, mais voilà, il me semble que ce n’est pas trahir l’esprit de Covoiturage libre que de demander une commission, au contraire ça pourrait vous permettre de devenir une alternative plus robuste aux pompes à fric d’à côté.

  7. Combien de voyages ont ils été possibles grâce à ce site? Il serait plus judicieux de prélever 1 € sur chaque trajet au lieu de faire appel à des dons. Il y a déjà pas mal de mendicité dans nos rues pour ne pas en rajouter.

  8. Bonjour, très bonne idée de mieux vous organisez !
    Je ne pense pas qu’il faille avoir peur « d’enjeux de pouvoirs ». C’est évident que des questions se posent en grandissant, mais c’est de bonnes questions à poser !
    Pour la question asso/scop, je pense que là encore il faut assumer, et ne pas avoir peur du côté « productif » de la scop : il s’agit en effet d’un site web et d’un service rendu qui demande du travail. Rien n’empêche à ce que la scop soit adossée à une asso d’ailleurs.
    Sinon pour l’argent je trouve que proposer aux gens de donner, ce n’est pas de la mendicité, c’est leur faire prendre conscience de ce que coute leurs besoins. Donc je suis pour, d’autant qu’à mon avis vous pourrez vite récolter pas mal d’argent sans même l’imposer. Rester gratuit, sans incitation lourde à l’adhésion est je trouve une bonne chose.
    Bonne continuation !

  9. Un truc qui peut faire évoluer le site pour pas cher c’est d’employer des indiens ou pakistanais. Je suis sérieux, c’est parmi les plus forts du monde en programmation. Surtout que ces gens là ils travaillent pour trois fois rien. On peut avoir un site personnalisé pour 100€ et un logo pour 5€.
    On les trouve sur la plateforme de job en ligne :
    https://www.fiverr.com

  10. Malgré le fait que ce soit peu écologique je préfèrerais coller un auto-collant « Covoiturage-libre » je je serais prêt à payer 5 euros plutot que de coller une autocollant BBC « gratuit » (payé par les larges com.). Si cela peut faire de la pub et rapporter un peu d’argent à l’asso…

  11. Bonjour, je souhaiterais participer à l’éventuelle asso… pour améliorer le site.
    J’ai trouvé dans vos echanges l’@mail [email protected] a laquelle je vais écrire.
    Ce que j’apprécie sur cov. libre :
    -> La mise à dispo direct du num de tél. Pas besoin d’informatique pour converser, ni simuler une pseudo-sécurité.
    -> La libre gestion du paiement entre les voyageurs. Pas de frais liés à un système de paiement. Le don libre rend responsable.

    Je vais de ce pas faire un don pour un premier voyageur que j’ai transporté il y a 4 mois (il a d’ailleurs pris le volant dés qu’il est entré dans ma renault express car je voulais manger).

    Bien à vous.
    Moins de papiers c’est moins de soucis et plus de liberté.

  12. Salut!
    Moi je suis pour un soutient financier par les covoitureurs mais seulement s’il est facultatif, histoire de ne pas tomber dans les même contraintes que la concurrence. Il faudrait réfléchir à un système pour faire en sorte que le don soit fluide et non contraignant pour les usagers, avec pas exemple des coordonnées bancaires pré-enregistrées, ou paypal ou autre moyen qui évite de sortir sa carte bancaire à chaque foi. Après il est toujours possible de proposer plusieurs formules de don comme beaucoup d’assos (dons réguliers, don annuel, don par trajet.. ). J’aime aussi l’idée des membres-adhérents. Pour l’idée d’une coopérative à voir si c’est le meilleur format avec des gens plus compétents que moi sur le sujet.. l’asso dans laquelle je suis opte plutôt pour une SCIC à moyen-long terme. Merci de votre implication à tous!

  13. Un truc à la mode en ce moment et qui marche pas mal : pourquoi pas un service différencié ?
    Les utilisateurs ont accès gratuitement à la plateforme, et les donateurs ou adhérents auraient droit à quelques services supplémentaires (idées au hasard : paiement via le site, compte pour ne pas renseigner ses infos à chaque fois, trajets réguliers : si on fait un Paris-Marseille tous les lundi on coche une case est l’annonce est publiée sur toute l’année, partage des frais en fonction du nombre de covoiturés, calcul automatique du coût du trajet, etc, selon vos idée et ce qui est faisable techniquement…)

  14. Bonjour,
    Il est sûr que le développement passe par une structure commerciale adaptée.
    L’important est sa gouvernance : dirigeant (conseil d’administration par exemple) élu par les adhérents ou sociétaires. LA non lucrativité : les éventuels excédents sont soit réinvestis soit redistribués aux adhérents.
    Pour l’association, l’activité serait soumise aux règles des sociétés commerciales. Ce n’est pas forcément adapté.
    A voir avec un pro de l’Économie sociale et solidaire (Chambre régionale par exemple)
    Pour ceux qui s’interrogent sur la coopérative :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Coop%C3%A9rative
    Bon courage. Alain Borie

  15. Bonjour, je pense qu’il y a quelque chose à faire avec Facebook. C’est un réseau important. Pourquoi pas créer un compte covoitlibre et permettre à chacun de poster ses trajets . Il y a un moteur de recherches sur les comptes facebook. En tapant Villefranche de Rouergue-Annecy, l’intéressé tomberait sur les annonces concernant ce trajet posté.

  16. Bonjour,

    Connaissez vous le site « cestbonesprit » ? C’est comme leboncoin sauf qu’une partie de l’argent versé pour un bien et distribué pour une asso caritative ou une ONG de son choix.
    Ce ne serait pas possible de faire la même chose avec vous ?

    Cordialement

    Lucas Engelbach

  17. Structurer permettrait assurément de mieux répondre aux besoins des covoitureurs. Et quoi de mieux de les impliquer dans ce processus ?
    Que ca soit une association ou une coopérative, je suis derrière vous pour ce trajet. Car le covoiturage doit rester un bien commun. Je suis prêt à défendre cette cause contre le « taxi discount » qui se développe. Je ne suis pas un pro de l’informatique mais si je peux apporter ma contribution, je le ferais.
    D’ailleurs je pense qu’il serait bien de communiquer sur les valeurs de covoiturage libre, de mettre en place une sorte de charte à respecter pour les covoitureurs, histoire d’être sur que les valeurs de covoiturage perdurent et que le site ne perdent pas son image.
    Coté financement, je pense qu’il serait intéressant de proposer à certains de devenir membres si ils font un apport en don ou en part social et de leurs permettre d’avoir certains avantages en retour. Et en parallèle pour les non membres, prélevé une somme calculé de manière juste sur les trajets publiés qui permettent de rentrer dans les frais sans marger ou sans marger de manière excessive.
    Dernier avis, peut être un partenariat est possible avec certaines structures dites « alternatives » aux valeurs proches de covoiturage libre.
    Voila mon avis, si besoin de coup de main, je serai là.

  18. Votre site a bénéficié récemment d’une nette amélioration esthétique et fonctionnelle…. mais vous restez bien loin de ce qui, de mon point de vue, est nécessaire pour espérer gagner du terrain sur BBC. En effet, vos options (hautement estimables par ailleurs) vous amènent à rendre le dépôt d’une offre de covoiturage beaucoup trop compliquée par rapport à BBC (même s’il est possible de dupliquer un trajet… ce qui n’est jamais mon cas personnel). Répéter ses coordonnées, les caractéristiques du véhicule, le détail du trajet et enfin trouver un tarif pour chaque étape, c’est 10 fois trop long par rapport au processus de vos confrères.
    Si donc vous voulez espérer tailler quelques croupières à nos amis, il faudrait, selon moi :
    1) Etre membre de l’association pour covoiturer (ce qui vous assurerait un revenu récurrent, indispensable au simple fonctionnement des outils). Cela permettrait de mémoriser toutes les infos relatives au covoitureur et au véhicule afin de lui en éviter la répétition à chaque offre…
    2) Pour proposer un trajet, adopter la stratégie du Bernard l’hermite en donnant à l’internaute la possibilité de dupliquer purement et simplement un trajet BBC en indiquant l’URL du trajet BBC créé par ailleurs et en récupérant sur votre site toutes les infos (étapes, tarif, etc). La seule différence sera que le prix indiqué pour le chauffeur et pour le passager seront les mêmes… Les covoitureurs pourront alors vous considérer comme une extension économique et vertueuse de BBC.
    3) Pour la gestion des règlements, il faut également avoir le réalisme d’admettre que la formule BBC ne comporte pas beaucoup d’inconvénients… et en tenir compte.
    4) Pour les développements informatiques, vous appuyer sur une structure du type « junior entreprise » d’une école d’ingénieur, ou sur un mécénat d’entreprise.

    Je suis convaincu du bien-fondé de votre démarche, mais le combat est inégal, et vous ne pourrez espérer faire progresser vos convictions si vous n’êtes pas plus habiles que nos amis de BBC..

    Voilà pourquoi je ne vois pas bien l’intérêt de la coopérative par rapport à l’association.

  19. Bonjour,
    le bénévolat c’est bien mais cela finit par s’essouffler.
    Je partage largement l’avis de fscherp.
    Aujourd’hui, Blablacar offre un super service mais…
    il prend 40% de commission, du délire (10€ ajoutés aux 26€ demandés par le chauffeur!). Ce n’est pas un juste prix.
    Les entrepreneurs de BBC ont fait un super boulot, reconnaissons leur. Mais aujourd’hui ils veulent plumer leurs utilisateurs à leur profit.
    Il me semble qu’il « suffit » de copier leur site et leurs fonctionnement et de rendre chaque participant volontaire, coopérateur (au moins 5 utilisations et 1 personne = 1 voix). En réglant la commission à son juste prix, qui n’est pas nul, si on veut que cela fonctionne.
    Sinon c’est de l’amateurisme et cela ne décolle pas!
    Néanmoins, en écrivant cela, je vois que l’on butera sur la question de base, la nécessité de capitaux initiaux pour faire décoller la plateforme. Peut-être qu’un financement type collaboratif serait une solution?
    J’espère que les instances adhoc vont se rendre compte de l’abus de position dominante de BBC.
    En tout cas merci pour tout le temps que vous avez déjà consacré à la question.

  20. Bjr tou.te.s,
    tout d’abord merci pour votre engagement et votre ténacité dans ce projet alternatif.
    Àdepte du covoiturage depuis ses prémices (avant c’était le stop), je suis dérangée par le tournant commercial de BBC, et je souhaite soutenir toute initiative qui casserait le quasi monopole actuel.
    Je pense que « tout travail ou service mérite salaire », donc je suis favorable à payer une cotepart pour le trajet, une participation au site qui met en oeuvre et contrôle à minima (si pas de sécurité minimum, il n’y aura que peu d’utilisateurs).
    Une nouvelle forme de structure, dans un domaine différent mais aussi alternatif, a émergé depuis 2 ans : ce sont les « Épi », qui permettent des achats groupés mais sans bénéfice annuel, cela peut être une piste…

  21. Bien intéressant tous ces avis et réflexions.
    Je trouve le nouveau site très facile et rapide à utiliser… comme quoi nous n’avons pas tous les mêmes analyses. Et c’est bien ça qui a de l’intérêt pour avancer vers plus de coopération et moins de consommation.
    Quant à moi, pour le moment, je m’engage à reverser au moins 10% du montant que j’aurai perçu à chaque voyage.

  22. Bonjour, personnellement, même si je ne me vois pas impliquer de mon énergie personnelle pour ce beau projet, l’idée d’en faire une coopérative avec un service de qualité correcte et lle gage de confiance que sont les retours des usagers sur leur covoitureurs me convient tout à fait. Pas besoin d’en faire plus et demander 15 procédures comme un certain site commercial à but lucratif. Je prendrai allègrement une part sociale et en ferai la pub, et contribuerai à hauteur de 1 euro pour mes gros trajets au moins.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *